Nouvelles : La finissante de l'UQAM présente une gigantesque oeuvre inspirée de la photo qui l'a rendue célèbre.

La finissante de l'UQAM présente une gigantesque oeuvre inspirée de la photo qui l'a rendue célèbre.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles

Hélène Boudreau, qui a beaucoup fait parler d’elle en raison de sa photo de finissante à l’UQAM, a dévoilé une œuvre qui a justement été inspirée de ce cliché.

La jeune femme qui est maintenant diplômée en Arts à l’UQAM a présenté sur les réseaux sociaux une œuvre qu’elle a intitulée « Censored ».

L’oeuvre en question, qui est d’une dimension de 5 pieds sur 6 pieds et qui consiste en un collage de plusieurs échantillons de couleur Pantone, forme une mosaïque qui reproduit de façon pixelisée la photo de finissante qui a fait couler beaucoup d’encre.

Hélène Boudreau a partagé des photos, mais aussi une vidéo qui présente cette œuvre. La jeune artiste a accompagné le tout d’un texte dans lequel elle a expliqué sa démarche : « Mais parce que je montre le dessous de mes s*ins, on doute de moi, de mes compétences. On me classifie comme une p*tain. […] Que ce soit de porter le foulard islamique ou de montrer le dessous de ces s*ins, le corps de la femme est un sujet tabou dans notre société. Il doit être caché, mais pas trop. Il doit être sexy, mais pas trop.»

Celle que plusieurs internautes ont connu comme étant « la finissante de l’UQAM » a fait remarquer que cette visibilité médiatique a un impact direct sur sa vie personnelle : « Le travail que je vais vous montrer représente mon originalité et mon audace. J’ai opté de pixeliser ma photo de finissante, parce que selon moi, la pixellisation représente bien le monde virtuel, c’est là que se déroule mon travail tant sur Instagram qu’*nlyf*ns. Toutefois, le fait de créer cette œuvre pixelliser à partir de vrai petit carré tangible représente bien comment ma vie fictive des réseaux sociaux est en interaction avec ma vraie vie. »

Enfin, la diplômée en arts a confié vouloir dénoncer l’hypocrisie de la société à l’égard des travailleurs et travailleuses du sexe : « Ce que j’essaie de dire, c’est laissons les femmes être libres. Libre de choisir pour elles-mêmes. Libre d’être elles-mêmes dans un univers dominé et majoritairement dicté par les hommes. »

Source: Sac de Chips · Crédit Photo: Facebook