Nouvelles : La crise sanitaire mène la vie dure à la poutine

La crise sanitaire mène la vie dure à la poutine

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les fromageries qui produisent le fromage en grains destiné à aller dans les fameuses poutines font face à une baisse de la demande dans le secteur de la restauration, après avoir enregistré une première baisse au printemps, rapporte La Presse .

Le quotidien montréalais explique que ce repli est dû notamment à la fermeture des salles à manger dans les zones rouges et à celle des cantines qui fonctionnent surtout durant l'été. 

« On est rendus à 20 % de baisse, explique à  La Presse Alain Chalifoux, président de la Laiterie Chalifoux. Le fromage en grains, c’est une bonne partie [de notre chiffre d’affaires]. » Son entreprise est située à Sorel-Tracy et y est entre autres reconnue pour son fromage, son yogourt et ses produits végétaliens. 

La Laiterie Chalifoux livre son fromage en grains à travers 80 succursales des restaurants Smoke's Poutinerie au Canada. « [La chaîne] enregistre une baisse de 50 % des ventes », déclare M. Chalifoux.

Même ralentissement constaté chez la fromagerie Victoria, selon son directeur général, Marc-André Gosselin. Tous ses restaurants du même nom sont situés dans des zones rouges et ont vu leurs ventes baisser de 30 %. « Pour nous, c’est plus difficile, les commandes pour emporter, qu’au printemps », dit-il. 

Crédit photo: Adobe Stock

La semaine dernière, la présidente-directrice générale du Conseil de la transformation alimentaire du Québec, Sylvie Cloutier, avait toutefois affirmé que beaucoup d'entreprises avaient réussi à vendre aux supermarchés leurs produits habituellement destinés aux restaurants et aux hôtels.  

Toutefois, ce ne serait pas tous les fromagers qui auraient ainsi pu combler leurs pertes financières. « Il y a un déplacement des ventes de la restauration vers le détail », concède Luc Boivin, à la tête de la Fromagerie Boivin située au Saguenay–Lac-Saint-Jean, qui a observé une perte de l'ordre de 12 % de ses ventes au mois de septembre . « Est-ce que ça compense à 100 % ? Je ne pense pas », ajoute-t-il.

La fromagerie Chalifoux a toutefois observé un scénario différent. « On est très diversifiés, souligne M. Chalifoux. On est dans le végane, on est dans le yogourt, on est dans les fromages fins. La vente au détail a compensé ».  Il ajoute toutefois que la vente de fromage en grains ne suffit pas à elle seule et que son entreprise a dû adapter ses formats pour le commerce de vente au détail. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Wikimedia Commons