Nouvelles : L'homme décédé dans la tornade de Mascouche était aimé de tout le voisinage.

L'homme décédé dans la tornade de Mascouche était aimé de tout le voisinage.

C’était vraiment une bonne personne » »

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

La communauté de Mascouche est en deuil de Jacques Lefebvre, un grand-père, mort dans la tornade qui a frappé la municipalité, lundi, rapporte Le Journal de Montréal. 

Le deuil est « pénible » et « irréel » pour les proches de l'homme qui est mort après s'être réfugié dans son cabanon, qui a été emporté par le désastre naturel. 

Selon le Journal de Montréal, il vivait depuis plusieurs décennies sur le croissant Nelligan.

Sur Twitter, le premier ministre du Québec, François Legault, a d'ailleurs offert ses condoléances aux proches de la victime. « Nos pensées accompagnent la famille et les proches de la victime de Mascouche », a-t-il écrit.

« C’est juste irréel et je suis vraiment triste pour sa femme et ses petits-enfants. C’est mon voisin d’en face. Je les voyais avec leurs deux petites filles marcher ici. Je suis atterré, c’était un grand-papa très jeune », confie au quotidien montréalais une voisine de M. Lefebvre, Cindy Chouinard.

Des témoins ont raconté que l'homme s'affairait à faire des travaux avec son voisin au moment de la tragédie. 

Juste avant le passage dévastateur de la tornade, l'homme dans la cinquantaine s'est caché dans son cabanon, tandis que son voisin a pu se réfugier chez lui. Le corps de M. Lefebvre a été retrouvé plus tard, sans vie, dans un champ voisin. 

« Il avait le cœur sur la main, il aidait tout le monde. C’était vraiment une bonne personne », se souvient un voisin, Maxime Vézina, qui vit à proximité de chez M. Lefebvre.

Une autre voisine, qui ne veut être identifiée que par son prénom, Linda, a du mal à imaginer le deuil qui attend les proches de la victime. 

« On a tous essayé de contacter sa femme, mais elle ne répond pas. J’espère qu’on lui apporte du soutien psychologique. Tout le monde dit qu’elle est sous le choc et je comprends. Son mari a disparu en quelques secondes », raconte-t-elle au Journal de Montréal. 

« Ça aurait pu être n’importe qui. J’étais dehors toute la journée en train de ramasser mes affaires », dit de son côté Oswaldo Boulanos. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Twitter