Nouvelles : «Je vais le faire piquer», un texto envoyé par le maître de Curtis à Elisa Pilarski sème le doute

«Je vais le faire piquer», un texto envoyé par le maître de Curtis à Elisa Pilarski sème le doute

Encore un nouveau rebondissement dans cette affaire effroyable.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les proches d’Elisa Pilarski continuent de croire que son conjoint, Christophe Ellul, le propriétaire du chien Curtis, a tenté de couvrir la responsabilité de l’animal dans la mort de sa compagne.

C’est lundi que le tribunal a organisé une confrontation entre Christophe Ellul et les proches de la victime.

M. Ellul, qui a été mis en examen le 4 mars dernier pour homicide involontaire après la mort fin 2019 de sa compagne Elisa Pilarski, par morsures canines, accusait les chiens d’une chasse à courre qui se déroulait à proximité comme étant les responsables de la tragédie.

Toutefois, lors de la confrontation qui a eu lieu au tribunal de Soissons, un SMS envoyé par M. Ellul l’a placé dans une position très délicate, puisque celui-ci laisse croire que le comportement menaçant de Curtis était déjà connu de ses propriétaires.

En effet, en lisant le SMS qui été écrit par M. Ellul, on peut facilement déduire que par le passé, l’animal s’était déjà montré dangereux : « je vais le faire piquer ».

Après avoir découvert l’existence du SMS, l’oncle d’Elisa Pilarski a déclaré que « Par ce SMS, il reconnaît que son chien est à l’origine du décès de ma nièce. »

Crédit photo: Courtoisie

Malgré le caractère plutôt incriminant du SMS, il n’en demeure pas moins que la cour devra établir si M. Ellul était conscient de la dangerosité de son chien Curtis. De plus, de nombreux éléments d’enquête suscitent beaucoup de questions chez l’entourage de la victime.

L’oncle de la victime s’est désolé d’avoir attendu « des réponses (...) mais ça fait un an et demi (que Christophe Ellul) est dans le déni, qu'il ne sait pas, qu'il ne se rappelle pas », tout en ajoutant « qu'il manipule la justice ».

Rappelons que c’est le 4 mars dernier que M. Ellul a été mis en examen « pour avoir par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité (...) involontairement causé la mort » d’Elisa Pilarski, sa conjointe de 29 ans qui était enceinte.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: BFMTV · Crédit Photo: Capture d'écran