Nouvelles : «Je rentre à la maison et je pleure!», le récit poignant d'une ado de 17 ans employée d'une épicerie

«Je rentre à la maison et je pleure!», le récit poignant d'une ado de 17 ans employée d'une épicerie

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une adolescente de 17 ans a accepté de raconter à ICI Radio-Canada à quoi ressemblaient ces journées au travail, alors qu'elle est employée par une épicerie en pleine crise de la COVID-19.

L'adolescente nommée Anne-Sophie Autate travaille au supermarché Independent de la rue Cameron à Hawkesbury.

Bien qu'Anne-Sophie aime bien son travail, c'est le comportement de certains clients qui complique considérablement les choses: "Il y a des clients qui m'ont accusée de les traiter comme des prisonniers. Il y a des gens qui m’ont dit que je n’irai nulle part dans la vie. Il y en a d’autres qui m’ont dit que j’étais mal élevée. J’ai eu beaucoup de ce genre de commentaires. [...] Je rentre à la maison et je pleure! Je ne comprends pas qu’on me dise des choses comme ça sans me connaître."

Les règles de distanciation sociale causent notamment beaucoup de mécontentement chez les clients, comme l'explique Anne-Sophie: "C’est sûr que les clients qui attendent en ligne et qui attendent au tape à terre, c’est sûr qu’il y en a qui n’apprécient pas trop. [...] Mais les limites, ce n’est pas de ma faute. La distanciation sociale, ce n’est pas de ma faute. [...] Que l’épicerie prenne de 10 à 15 minutes de plus parce qu’il faut attendre en ligne, ce n’est pas de ma faute."

Enfin, comme le souligne Anne-Sophie, les nombreuses règles d'hygiène à respecter afin de freiner la propagation de la COVID-19 ont grandement modifié les habitudes de travail des employés et cela peut aussi amener des situations de tension: "On lave nos caisses [après le passage de chaque client]. My god qu’on lave nos caisses! Ça prend un peu de temps, mais quand les clients passent à ma caisse, ils sont en sécurité! [...] [Il y a tellement] de personnes qui viennent à ma caisse et qui s’avancent tout de suite. Quand je leur dis : "Désolée, attendez à la ligne, s'il vous plaît. On va vous faire signe lorsque vous pourrez avancer.", les gens roulent leurs yeux! [...] Moi, des fois, ça m’épuise mentalement de juste rentrer à la job pour faire plaisir à du monde qui est aucunement reconnaissant. C’est peut-être juste une minorité de personnes qui sont comme ça — 5 %, je vous dirais — mais c’est surtout leurs comportements à eux que je retiens quand je reviens à la maison."

Alors la prochaine fois que vous irez au supermarché, rappelez-vous que vous pouvez faire la différence en faisant preuve de patience, de compréhension et de gentillesse.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock