Nouvelles : “Je me suis fait agresser parce que je suis arabe”

“Je me suis fait agresser parce que je suis arabe”

Un geste extrêmement dégueulasse.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un homme qui a été agressé à l'arme blanche dans le quartier Saint-Roch croit qu'il a été ciblé par ses agresseurs parce qu'il est arabe et musulman. 

C'est un organisme communautaire nommé Place pour moi Québec, qui offre notamment des services pour les jeunes de 15 à 25 ans, qui a publié sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle l'homme de 38 ans fait part de sa troublante mésaventure: "Je me suis fait agresser parce que je suis arabe, j’ai l’air d’être un Arabe, parce que je suis musulman, parce que je suis croyant et parce que je n’ai pas la bonne couleur de peau".

L'homme affirme avoir été blessé au thorax à l'aide d'un décapsuleur à bière tout en mentionnant que son agresseur aurait tenu des propos racistes au moment de s'en prendre à lui en déclarant: "retourne dans ton pays, criss d’immigrant".

Heureusement pour le pauvre homme, celui-ci a été aussitôt reconduit à l'hôpital où on l'a traité pour ses blessures. 

L'homme qui est conducteur de taxi depuis plusieurs années a aussi ajouté dans son témoignage filmé qu'il accusait le gouvernement Legault d'avoir encouragé de tels gestes de par ses politiques.

Suite à cette présumée agression, deux suspects ont été arrêtés et il s'agit de Keven Lavoie-Deschênes, 33 ans et Christina Bédard, 36 ans.

Alors que Lavoie-Deschênes fait face à des accusations de voies de fait armées et de voies de fait causant des lésions, Bédard est accusée pour sa part de voies de fait simple et de bris de probation.

Lors de sa comparution, Lavoie-Deschênes s'est défendu d'avoir attaqué l'homme "à cause de son ethnie" en expliquant que celui-ci l'avait menacé de lui casser les deux jambes suite à une querelle en lien avec une course de taxi que le client jugeait comme étant trop cher.

Rappelons enfin que le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) considère que "les suspects ont tenu des propos à caractère haineux, concernant d’abord l’orientation sexuelle de la victime, puis son ethnie, avant de le blesser avec une arme blanche".

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Québec · Crédit Photo: Courtoisie