Nouvelles : «Ils veulent nous enfermer dans un hôtel», des snowbirds furieux contre le gouvernement

«Ils veulent nous enfermer dans un hôtel», des snowbirds furieux contre le gouvernement

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles

Des snowbirds canadiens estiment qu'ils ne devraient pas être assujettis aux nouvelles mesures concernant les voyageurs entrant au Canada depuis l'étranger, rapporte Global News. 

Depuis lundi, toute personne qui entre au Canada par voie aérienne doit passer trois jours à ses frais en quarantaine à l'hôtel, dans l'attente d'un résultat négatif à un test de dépistage de la COVID-19. 

Un couple de la région de Toronto a d'ailleurs passé l'hiver à Deerfield Beach en Floride. Gerald Berish et Roberta Smith-Berish ont pu s'y faire vacciner au mois de janvier.  

« Nous nous sentons très chanceux d'être ici en train de profiter d'un style de vie normal », a fait savoir l'homme à la chaîne anglophone.

C'est pour la planification du retour que cela se complique. Le couple affirme qu'étant donné leur vaccination complète, ils devraient être en droit de passer leur quarantaine entière à domicile plutôt que de débourser jusqu'à 2 000 $ pour trois jours à l'hôtel. 

« Nous n'aurions aucune difficulté à passer un test, à montrer nos certificats de vaccination, à monter dans un avion, à nous rendre à Toronto. Mais (le gouvernement veut) nous enfermer dans un hôtel  », a déclaré M. Berish.

Selon l'avocat spécialisé en dommages corporels et fondateur de Kotak Law, Nainesh Kotak, le loi ne le permet pas pour le moment. « Il n’ya pas de distinction entre les voyageurs. La réalité est que, pour quelqu'un qui a voyagé pendant la pandémie, il y a des risques inhérents », souligne-t-il. 

Et d'après la titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les géographies des services de santé Valorie Crooks, la plupart des gens qui ont voyagé à l'étranger l'ont fait à partir de la fin 2020, soit avant que les nouveaux variants ne viennent compliquer la situation.  

Elle demande au gouvernement fédéral de clarifier ses directives, particulièrement pour les snowbirds qui partent chaque année à l'étranger. 

« Beaucoup de gens diraient:" C'est le risque de voyager en ce moment. Nous devons reconnaître que les choses peuvent changer, mais lorsque nous ne signalons pas aux gens à quoi pourraient ressembler ces changements, alors c'est une occasion manquée d'adapter vraiment le message, généralement pour ce groupe de dizaines, voire de centaines de milliers », ajoute-t-elle.

Source: Global News · Crédit Photo: Adobe Stock