Nouvelles : Hauts-de-Seine : Un enfant de 7 ans appelle la police pour dénoncer son père qui est violent auprès de sa maman.

Hauts-de-Seine : Un enfant de 7 ans appelle la police pour dénoncer son père qui est violent auprès de sa maman.

Bravo petit!

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
461 461 Partages

À Courbevoie, dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France, à l'ouest de Paris, un enfant de 7 ans s'est porté à la défense de sa maman qui subissait la violence de son mari. L'homme qui a été ensuite arrêté par la police aurait tenté d'étrangler sa femme.

C'est dans la nuit de mercredi à jeudi vers 3h du matin que le jeune enfant aurait téléphoné à la police afin d'informer les autorités que son père était en train de faire du mal à sa maman. 

Les policiers n'ont pas tardé à répondre au signalement de l'enfant et à leur arrivée sur les lieux, ceux-ci ont surpris l'homme en train d'essayer d'étrangler sa femme tout en lui disant qu'il la tuerait. 

L'homme a été aussitôt arrêté pour être placé en garde à vue.

Selon ce que les autorités rapportent, la tête de l'homme présentait une plaie d'une dizaine de centimètres et il a dû être transféré à l'hôpital afin d'y recevoir des soins médicaux. Quant à la femme, des marques laissées sur son cou indiquent sans aucun doute qu'elle a été victime de strangulation.

Ce triste épisode de violence conjugale s'ajoute à liste déjà trop longue de familles qui se trouvent au coeur d'une telle situation.

Il y a un peu plus d'un mois, plus d'un millier de citoyens se rassemblaient à Paris afin de dénoncer les violences conjugales.

Pour l'occasion, plusieurs femmes victimes de violences conjugales avaient accepté de briser le silence afin de partager avec le grand public la réalité avec laquelle ils avaient dû composer par le passé.

À titre d'exemple, une jeune adolescente de 15 nommée Nora avait déclaré: "Ça commence par des claques, ça finit par des théières de thé dans l'œil." La mère de celle-ci avait dû endurer pendant 18 ans le comportement violent de son mari et aux dires de Nora, l'adolescente avait dû soigner sa mère à plusieurs reprises suite à des épisodes de violence. Au sujet de son père, l'adolescente n'avait pas ménagé ses mots en affirmant: "C'est pas un père, c'est un moins que rien. Ma mère, elle vient d'en sortir. Elle est là, elle est vivante. Mais je pense à toutes les autres, il faut les aider."

C'était la comédienne Muriel Robin qui avait lancé un appel afin que le rassemblement ait lieu. 

Parmi les demandes lancées par le groupe de citoyens présents à ce rassemblement, Robin avait notamment répertorié plusieurs besoins essentiels comme une "augmentation du budget aux associations qui accompagnent les victimes", la "création de centres d'hébergement dans tous les départements", "la formation des hommes de loi" et même "l'éviction systématique du conjoint violent et le port obligatoire du bracelet électronique."

Muriel Robin avait aussi déclaré lors de cette mobilisation: "Nous n'avons pas le droit de lâcher ces femmes. Ce n'est pas que aujourd'hui qu'il faut se rassembler."

Selon une étude effectuée en 2016, on apprenait que pour cette année seulement en France, 225 000 femmes avaient subi des violences conjugales tandis que 123 avaient perdu la vie pour les mêmes raisons, soit une moyenne d'environ un décès aux 3 jours.

Une pétition en ligne intitulée "Sauvons celles qui sont encore vivantes" avait aussi été lancée à l'occasion du rassemblement et elle avait permis d'amasser plus de 474 000 signatures.

Partager sur Facebook
461 461 Partages

Source: BFMTV · Crédit Photo: Courtoisie