Nouvelles : François Legault tient des propos controversés sur l'immigration au Québec

François Legault tient des propos controversés sur l'immigration au Québec

Des déclarations qui sont loin de faire l'unanimité

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles

Les immigrants qui viendraient travailler dans des secteurs où il y a pénurie de main-d'oeuvre en étant payé sous le salaire moyen « empire [le] problème », selon François Legault, qui a fait cette déclaration dans une conversation privée avec des hommes d'affaires et dont Radio-Canada a pu obtenir l'enregistrement. 

« Moi, mon obsession, c’est d’augmenter le salaire moyen au Québec », a dit le premier ministre du Québec, vendredi, aux membres du Conseil du patronat du Québec (CPQ).

« À chaque fois que je rentre un immigrant qui gagne moins de 56 000 [dollars], j’empire mon problème. À chaque fois que je rentre un immigrant qui gagne plus de 56 000, j’améliore ma situation », a-t-il ajouté. « C’est important qu’on se dise les vraies choses. »

Les médias n'étaient pas autorisés à assister à l'assemblée générale virtuelle du CPQ, mais une source a remis à la chaîne publique un enregistrement de 45 minutes de cette conversation. 

Radio-Canada a également appris que les propos de François Legault ont fait sursauter des participants à la rencontre, qui n'ont pas apprécié le message envoyé par le premier ministre. 

« Il faut défaire un mythe qui perdure malheureusement au gouvernement : les travailleurs immigrants, ce n’est pas du cheap labour. Il ne faut pas associer l’immigration à du cheap labour. Ce n’est pas vrai. C’est un mythe qui n’existe pas », a déclaré à Radio-Canada Karl Blackburn, le président du Conseil du patronat.

« C’est faux de dire que si on fait venir des travailleurs immigrants, on appauvrit le Québec », ajoute-t-il. 

« Sur 140 000 emplois non comblés qui sont disponibles », il y a en « 30 000 qui sont à des salaires au-dessus de la moyenne » et « 110 000 à des salaires en bas de la moyenne », a évalué le chef caquiste.

« Je comprends, j’étais en entreprise. Moi, j’aimerais les avoir, ces personnes-là. Mais ma priorité, c’est vraiment d’augmenter le salaire moyen au Québec », a-t-il souligné, ajoutant « avoir de la difficulté » avec«  les jobs à 15, 20 piastres de l’heure » occupées par des immigrants.

« On ne peut pas se dire comme société [qu’]on va se contenter d’emplois moins bien payés », a-t-il poursuivi, sans parler de hausse du salaire minimum. 

« Ma prochaine question, c’est de dire si c’est des employés à 15 piastres de l’heure ou à 30 piastres de l’heure. Si c'est des employés à 15 piastres de l’heure, malheureusement je ne peux rien faire », a déclaré le premier ministre, en concédant une « souplesse » s'il s'agit de salaires « à 56 000 $ et plus. »