Nouvelles : François Legault annonce qu'il souhaite interdire le port du tchador aux fonctionnaires.

François Legault annonce qu'il souhaite interdire le port du tchador aux fonctionnaires.

Voici toutes les informations

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
15,963 16.0k Partages

Le gouvernement de François Legault a annoncé son intention d'interdire le port du tchador aux fonctionnaires.

On se souviendra qu'au cours de la précédente campagne électorale, la CAQ n'avait pas caché son intention de bannir les signes religieux chez les juges, les policiers, les gardiens de prison et les enseignants, mais voilà que le gouvernement Legault semble décidé à passer en deuxième vitesse. 

Ainsi, outre la burqa et le niqab qui risquent d'être dans la mire de ces nouvelles mesures, tout indique que le tchador ne sera pas épargné. Rappelons que le tchador est un long voile noir qui recouvre le corps et la tête à l’exception de l’ovale du visage.

La députée de Montarville, Nathalie Roy, a clairement indiqué que son gouvernement était décidé à aller dans cette direction en affirmant: "Nous souhaitons interdire à tous les fonctionnaires de l’État de porter les accessoires de soumission [de la femme] que sont la burqa, le niqab et le tchador."

Nathalie Roy, qui est maintenant ministre de la Culture, avait accusé par le passé le gouvernement de Philippe Couillard d'avoir été "en faveur du tchador pour les enseignantes dans nos écoles".

Même son de cloche du côté du député Simon Jolin-Barrette, qui affirme aussi pour sa part que le gouvernement de François Legault est fermement décidé à mener jusqu'au bout ses nouvelles mesures afin d'encourager la laïcité. Le porte-parole du nouveau ministre de la laïcité, Mathieu St-Amand, va directement en ce sens: "On maintient notre intention d’abolir le tchador pour les fonctionnaires de la fonction publique".

Ces débats autour de la laïcité réapparaissent alors qu'il y a un an, le gouvernement libéral avait adopté une nouvelle loi sur la neutralité religieuse de l’État qui prévoyait que les services publics soient donnés et reçus à visage découvert, ce qui excluait d’emblée le niqab et la burqa qui cachent le visage.

Or, en ce qui concerne le gouvernement Legault, tout porte à croire qu'il fera en sorte que le port du tchador soit désormais interdit aussi.

Même si la loi a été adoptée il y a un an, l'article charnière de la loi 62 est toujours suspendu, car celui-ci fait l'objet d'une contestation judiciaire et en juin dernier, le juge Marc-André Blanchard avait conclu qu'un "préjudice irréparable sera causé aux femmes musulmanes" dans l'éventualité où cet article de loi venait à être appliqué.

On ignore si le désir de François Legault de régler une fois pour de bon le dossier de la laïcité pourrait aider à faire accélérer les choses, mais à la lumière des propos tenus par les divers membres de son gouvernement, celui-ci semble bien décidé à emprunter cette direction.

En tenant compte du fait que le port du burqa et du niqab a déjà soulevé le désaccord de plusieurs acteurs de la société, on peut présumer que l'intégration du tchador au projet de laïcité causera un effet semblable auprès de plusieurs communautés.

En France, le tchador iranien est autorisé dans les espaces publics. Toutefois, la loi prévoit que le tchador est interdit dans les écoles, les collèges ainsi que les lycées publics.

En Europe, de plus en plus de pays adoptent des lois encourageant la laïcité au sein de la fonction publique.

Partager sur Facebook
15,963 16.0k Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: iStock