Nouvelles : Fillette poignardée dans une école primaire à Alma: la victime se porte mieux.

Fillette poignardée dans une école primaire à Alma: la victime se porte mieux.

“Le cauchemar d’une mère c’est d’avoir un appel pour te dire que son enfant est à l’hôpital”

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
263 263 Partages

La fillette qui a été agressée au couteau à Alma, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, affirme qu'elle se souviendra longtemps de son dixième anniversaire de naissance puisque celui-ci avait lieu au lendemain de l'attaque.

Le journaliste de TVA Nouvelles, Jean-François Guérin, a pu rencontrer la mère de la victime dont l'identité ne peut pas être révélée afin de protéger l'anonymat de la fillette.

La mère a révélé que sa fille et l'agresseur de celle-ci ne s'entendaient déjà pas très bien depuis le début de l'année scolaire.

Dans une entrevue accordée à TVA Nouvelles, la mère a déclaré: "Ils ne sont pas capables de se sentir. Il semble que la chicane était prise. J’ai parlé avec la direction de l’école après l’agression, et la directrice se préparait à rencontrer les deux jeunes la journée de  l’événement pour régler le conflit. Malheureusement elle n’a pas eu le temps."

Évidemment, ce fut un choc très intense pour la mère lorsque celle-ci a appris ce que sa fille venait de subir à l'école: "Le cauchemar d’une mère c’est d’avoir un appel pour te dire que son enfant est à l’hôpital. C’est le pire cauchemar, je ne m’attendais pas à ça."

Des témoins ont raconté que l'agresseur aurait demandé à haute voix s'il allait tuer ou non sa victime avant de commettre l'attaque. À cet effet, la mère ne cache pas que de tels propos l'inquiètent énormément: "C’est extrêmement dur de savoir que ça aurait pu être plus sérieux. Il l’a prise par le dos, s’il l’avait prise par en avant, il aurait pu toucher un organe. Ma fille est tellement faite petite... on a été chanceux malgré tout, ça aurait pu faire plus de dommages. Je remercie les ambulanciers qui ont fait un excellent travail. Ils sont intervenus rapidement, et l’hôpital aussi."

Étant donné que l'agresseur a moins de 12 ans, celui-ci ne pourra pas faire l'objet d'accusations criminelles. Le garçon a toutefois été suspendu de l'école et la DPJ serait responsable de son dossier.

La mère de la victime a confié qu'elle souhaitait que l'agresseur de sa fille reçoive l'aide nécessaire.

Partager sur Facebook
263 263 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Courtoisie