Nouvelles : Explications: pourquoi les infections continuent d'augmenter, mais pas les décès ni les hospitalisations

Explications: pourquoi les infections continuent d'augmenter, mais pas les décès ni les hospitalisations

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que les infections à la COVID-19 continuent de se multiplier, les bilans démontrent que les hospitalisations et les décès ne suivent pas cette même tendance. Des spécialistes ont fourni des explications afin de mieux comprendre le phénomène actuel.

Tout d'abord, les spécialistes sont très clairs sur un point: le nombre peu élevé d'hospitalisations et de décès en ce moment n'indique pas que la COVID-19 est moins virulente.

En fait, cette situation est même très préoccupante, car elle laisse croire que la nouvelle hausse d’infections pourrait présager un automne difficile dans les hôpitaux.

Dans une entrevue avec CBC, l'épidémiologiste de l’hôpital général de Toronto, le Dr Isaac Bogoch, a expliqué: "C’est malheureusement juste une question de temps. [...] Les cas qu’on voit aujourd’hui sont des cas infectés il y sept à dix jours."

Comme il y a un décalage entre la hausse des nouvelles infections, les hospitalisations, puis les décès, il faut prévoir un délai de deux semaines entre la contamination et l’hospitalisation, puis une quinzaine de jours avant le décès d’une personne infectée.

David Buckeridge, épidémiologiste et professeur à l'Université McGill, a déclaré pour sa part: "Avec ces données [hospitalisations et décès], nous sommes toujours en train de regarder la pandémie dans le rétroviseur."

Le spécialiste de l'Université McGill a ajouté: "Au fur et à mesure que le nombre d’infections chez les jeunes augmente, on commencera à voir plus de jeunes présentant des complications. [...] Le problème de ce virus, c'est qu’il est très très contagieux. Les éclosions ne resteront pas longtemps juste dans une tranche d’âge. Malheureusement, nous commençons à voir que ça commence à se propager chez les personnes plus âgées. [...] Si on voit une augmentation chez les jeunes, nous verrons une hausse dans les autres groupes d’âge dans quelques semaines."

Enfin, l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a demandé aux jeunes Canadiens de faire leur part d'efforts pour empêcher la propagation à des populations plus vulnérables et pour éviter une hausse des hospitalisations et des décès.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Capture d'écran