Nouvelles : Envoyer des photos de son engin pourrait coûter jusqu'à 6 mois de prison en Finlande

Envoyer des photos de son engin pourrait coûter jusqu'à 6 mois de prison en Finlande

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les envois non sollicités de photos de son engin, une pratique qu'on connaît beaucoup mieux sous le nom de "d**k pics", pourraient désormais être passibles d'une peine d'emprisonnement en Finlande.

C'est un responsable du ministère de la Justice finlandais qui a déclaré mardi à l'AFP que l'envoi non sollicité de photos de son engin pourrait désormais être considéré comme du harcèlement sexuel, avec des peines allant d’une amende jusqu’à six mois de prison.

Un communiqué du ministère indique qu'il faudra tout d'abord étendre la définition du harcèlement sexuel pour inclure le fait "de harceler oralement, par des photos ou des messages, de prendre des photos d’autrui ou de s’exhiber soi-même", mais pour ce faire, un projet de loi devra être déposé devant le Parlement l'année prochaine.

Sami Kiriakos, un conseiller du ministère finlandais de la Justice, a fait référence à une étude de l’ONG des droits de l’enfant Plan International mené auprès de 14 000 jeunes femmes dans 22 pays sur tous les continents, qui a révélé que 35% des répondantes avaient déjà reçu des "photos ou des images sexuelles ou explicites". Selon Kiriakos, "C’est donc très pertinent de regarder comment la loi doit gérer cela".

Crédit photo: Adobe Stock

Depuis 2010, des mesures contre le harcèlement sexuel en ligne ont été prises en Écosse, tandis que le Texas a introduit une amende de 500 dollars pour l’envoi d’images sexuelles non sollicitées.

Toujours selon Kiriakos, l'adoption de telles lois fait souvent face à de nombreux obstacles: "Il peut être difficile d’enquêter sur ce type de délits, comme pratiquement tout ce qui se passe sur internet. [...] Mais sous certaines conditions, les enquêteurs ont des mesures coercitives à leur disposition pour des agressions sexuelles, notamment l’accès aux données télécoms."

Si le projet de loi est adopté, la définition légale du viol subira des modifications afin de correspondre à un rapport sexuel non consenti, alors que la loi exigeait jusqu’à présent la menace ou la violence.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: L'Obs · Crédit Photo: Adobe Stock