Nouvelles : Emmanuel Macron propose une solution afin d'ajuster la fiscalité dans l'éventualité où le prix du pétrole s'envolerait.

Emmanuel Macron propose une solution afin d'ajuster la fiscalité dans l'éventualité où le prix du pétrole s'envolerait.

Le président annonce de nouvelles mesures.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
746 746 Partages

La colère des "gilets jaunes" semblent se faire entendre par le président Emmanuel Macron, car celui-ci a annoncé mardi qu'il ferait mettre en place un rendez-vous trimestriel qui permettrait d'ajuster la fiscalité dans l'éventualité où les prix de carburants devaient s'envoler à nouveau.

Alors que le mouvement des "gilets jaunes" a pris naissance en raison de la gronde quant à la hausse des prix des carburants, tout indique que le président Emmanuel Macron tente de faire son possible pour répondre à leurs revendications. Macron a profité de la présentation de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) de la France pour mettre en lumière les mesures immédiates qui feront partie d'un plan qui s'étale sur une dizaine d'années. 

Macron a même assuré que dans les trois mois", il devrait être enfin en mesure d'apporter des solutions qui répondraient à la colère des "gilets jaunes", et ce, grâce à la tenue de cette "grande concertation de terrain sur la transition écologique et sociale".

Lors de cette présentation, Macron a semblé vouloir se montrer compréhensif des revendications des "gilets jaunes" en admettant que la population faisait actuellement face à des circonstances soudainement plus complexes. Le chef de l'État a ajouté qu'il fallait trouver un mécanisme qui permettrait d'adapter "toute nouvelle hausse de la taxe sur les carburants à l'évolution des marchés internationaux du pétrole" soulignant que "si l'envolée des cours devait se reproduire, nous ne soyons pas mis dans la même situation".

Du même coup, Macron a admis du bout des lèvres que la hausse des prix des carburants avait été mal présentée à la population: "Il faut construire une méthode pour rendre plus intelligente cette taxe aujourd'hui un peu aveugle".

Le but des rendez-vous trimestriels que Macron souhaite mettre en place vise notamment à surveiller l'évolution du cours du brut. Cette surveillance permettrait ainsi de réagir rapidement afin d'ajuster la fiscalité. Le président a expliqué que "personne ne peut les prévoir"  tout en précisant qu'il était primordial de trouver "plus rapidement des réponses concrètes".

Macron a notamment souligné que les nouvelles mesures étaient très bonnes, tout en exprimant qu'elles manquaient de concret: "Le chèque énergie, [les Français] ne savent pas ce que c’est et pour vous dire la vérité, concrètement, moi non plus" Si un dispositif n'est "pas assez concret, pas assez tangible, assez simple, il n'est pas utilisé par les plus fragiles", a-t-il précisé.

Outre tout cela, le gouvernement a annoncé le retour d'un crédit d'impôt pour financer l'équipement de fenêtres double vitrage qui avait été écarté des programmes à la fin juin. Tout indique que le nouveau dispositif devrait être de 100 euros par fenêtre.

Les futurs acheteurs d'un véhicule pourraient éventuellement avoir droit à une réduction de la facture globale d'achat dans l'éventualité où le gouvernement déciderait de mettre en place un prêt à taux zéro. Le projet sera étudié et pour ce faire, les banques et les constructeurs automobiles seront concertés.

Voici le tout en détails: 

Le président Emmanuel Macron a conclu en expliquant que le souhait du gouvernement était de permettre à la population d'être en mesure de pouvoir se doter d'une voiture moins polluante ou de rénover leur demeure sans que la charge fiscale ne les hypothèque dans le futur.

Partager sur Facebook
746 746 Partages

Source: BFMTV · Crédit Photo: Courtoisie