Nouvelles : Emily Ratajkowski va attendre les 18 ans de son enfant pour connaître son genre

Emily Ratajkowski va attendre les 18 ans de son enfant pour connaître son genre

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Emily Ratajkowski a déclaré qu’elle et son mari ne connaîtront pas le sexe de leur bébé jusqu’à ce que leur enfant ait 18 ans.

C'est lundi que la star a surpris de nombreux fans en révélant sa grossesse après avoir partagé sur Instagram la couverture numérique du magazine Vogue sur laquelle on peut la voir avec ses mains placées sur son ventre de maman enceinte.

Emily et son mari Sebastian Bear-McClard ont été inondés de messages de célébrités comme Gigi Hadid, Ashley Graham, Paris Hilton, Jen Atkin, et même Kourtney Kardashian.

En plus de figurer sur la couverture de Vogue de ce mois-ci, la mannequin a écrit une lettre ouverte qui sera publiée dans le même magazine, et dans laquelle elle s'ouvre sur son expérience de femme enceinte:

"Qui sera cette personne? De quel genre de personne deviendrons-nous les parents? Comment cela va-t-il changer nos vies et qui nous sommes? C’est un concept merveilleux et terrifiant, qui nous rend à la fois impuissants et humbles."

Ratajkowski, qui est aussi comédienne, a ajouté qu’elle voulait imposer "le moins de stéréotypes de genre possible à [son] enfant", mais malgré cela, elle comprend le désir de vouloir connaître le sexe de son bébé en pleine croissance: "Peu importe à quel point mes valeurs sont progressives, je comprends le désir de connaître le sexe de notre fœtus; c’est la première vraie occasion d’entrevoir qui il pourrait être. Comme mon corps change de façon bizarre et inconnue, il est réconfortant d’obtenir toute information qui pourrait rendre plus concret ce qui est à venir."

Il n’est pas rare que les gens demandent aux mères enceintes s’ils veulent un garçon ou une fille, ou qu'ils se font demander ce qu’ils pensent avoir. En réponse à cela, Emily a écrit: "Je ne blâme personne pour ces généralisations. Beaucoup de nos expériences de vie sont sexuées, et il serait malhonnête d’essayer de nier la réalité de beaucoup d’entre eux. [...] Je veux être un parent qui permet à mon enfant de se montrer à moi. Et pourtant, je me rends compte que même si j’espère que mon enfant pourra déterminer sa propre place dans le monde, il sera, quoi qu’il arrive, confronté aux contraintes et aux constructions indéniables du genre avant de pouvoir parler ou même de naître."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Unilad · Crédit Photo: Instagram