Nouvelles : Elle a tué son mari qui la battait. Valérie Bacot témoigne avant son procès

Elle a tué son mari qui la battait. Valérie Bacot témoigne avant son procès

« Au début, je pensais que ma mère ne savait pas »

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Valérie Bacot a fini par tuer son mari en mars 2016 après avoir été battue, violée et contrainte à la prostitution par son mari durant 24 ans. Un mois et demi avant son procès, la dame a donné une entrevue à Audrey Crespo-Mara, diffusée dimanche à Sept à huit sur TF1. 

Daniel Polette, le compagnon de sa mère est emménagé avec elle lorsqu'elle n'était qu'une enfant. C'était le début de plusieurs décennies d'enfer. Mais le 13 mars 2016, Valérie Bacot prend un revolver et tue celui qui était entre temps devenu son mari. 

Elle avait 12 ans quand Daniel Polette a commencé ses abus. 

« Tous les soirs après l'école, il venait, il me disait : 'Tu montes.' Je savais ce que ça voulait dire. Une fois, je me souviens que je me suis beaucoup plus débattue et là je me suis retrouvée avec des brûlures, car c'était sur le tapis du salon. Au fil du temps, j'ai compris qu'il fallait se laisser faire plutôt que se défendre », raconte Valérie Bacot. 

« Au début, je pensais que ma mère ne savait pas, mais au fil du temps, je me rends compte qu'elle devait savoir, mais n'a jamais rien fait », ajoute-t-elle. 

Une des soeurs de Valérie a dénoncé Daniel à la gendarmerie et ce dernier est alors condamné à 4 ans de prison pour viol sur mineure de moins de 15 ans. Il redevient libre après deux ans et demi et revient à domicile comme s'il ne s'était rien passé. 

« Il fait encore plus peur et a plus de force », ajoute Valérie, qui tombe enceinte à 17 ans. Daniel et elle prennent un appartement où ils s'installent tous les deux, sans lui laisser le choix et aidé par la mère de la victime. « Et moi, je le fais, car je suis enceinte. Sinon j'aurais été à la rue et enceinte, parce que j'avais personne autour de moi. »

Elle aura un total de 4 enfants. « Insultes, claques, menaces de mort. Au fil des années, c'est de pire en pire. Ça lui arrivait parfois de tirer et je ne savais pas s'il y avait quelque chose ou pas. Il me disait 'T'as de la chance, c'est pas que j'en avais pas envie. La prochaine fois, je ne te louperai pas », raconte Valérie Bacot. 

« J'essaye de protéger mes enfants, c'est ma priorité. Faire en sorte qu'ils voient le moins de choses possible, qu'il ne les frappe pas. J'avais l'espoir que les gendarmes disent qu'ils allaient nous mettre en sécurité ou le mettre en prison. Mais pour moi, c'était trop risqué qu'il l'interroge et qu'il le laisse rentrer le temps de faire l'enquête. Ma priorité, c'était de sauver mes enfants ». 

« Un jour, il lui a demandé, comment elle était sexuellement », a-t-il un jour demandé au sujet de leur fille de 14 ans. 

« J'ai pris l'arme. Je me rappelle juste d'avoir fermé les yeux et d'avoir vu une lumière et entendu un gros bruit. Ma seule obsession, c'était de me sauver pour pas qu'il me tue », ajoute-t-elle. Elle a tout avoué à ses enfants, qui lui ont dit « ne t'inquiète pas, maman, on va t'aider ». Ils enterrent son mari dans un boisé et son corps sera retrouvé par les gendarmes un an plus tard. Valérie et ses enfants sont ensuite interpellés le 2 octobre 2017. 

Durant son procès Valérie Bacot sera défendue par ses avocates Janine Bonaggiunta et Nathalie Tomasini, les mêmes avocates que Jacqueline Sauvage.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: LCI · Crédit Photo: Twitter