Nouvelles : Dix ans après les meurtres de Guy Turcotte, Isabelle Gaston peut enfin se dire heureuse
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Dix ans après les meurtres de Guy Turcotte, Isabelle Gaston peut enfin se dire heureuse

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
3,408 3.4k Partages

Isabelle Gaston a vécu le pire cauchemar de bien des mères. Ses enfants ont été tués par son ex-conjoint, Guy Turcotte, le 21 février 2009. Les deux enfants de 3 et 5 ans, Anne-Sophie et Olivier, ont été tués par leur père de 46 coups de couteau.

Guy Turcotte ne supportait pas la séparation avec sa femme. Au procès, il a été déclaré non criminelle responsable. Puis un deuxième procès a eu lieu et il a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 17 ans. 

Isabelle Gaston, qui était urgentologue et coroner, a dû prendre une longue pause pour se remettre de ce traumatisme. 

Dix ans plus tard, Isabelle Gaston se dit enfin heureuse. 

« Je peux dire que je suis heureuse », a-t-elle confié au Journal de Montréal.

« J’essaye de retrouver un certain calme, de reprendre une vie normale et de m’occuper de mes patients, même si je n’ai plus la capacité de faire ce que je faisais avant. »

« On ne redevient jamais ce qu’on était. J’avais besoin de calme pour ma santé psychologique. Parfois, il faut s’aider soi-même. »

Isabelle Gaston s'est reconstruite au fil du temps. Les Québécois ont été extrêmement touchés par cette histoire. Presque chaque fois qu'elle sortait de chez elle, Isabelle recevait les encouragements de quelqu'un ou un câlin. 

« Ça m’a permis de retrouver l’espoir, malgré le drame qui est arrivé », a-t-elle continué, dans son entrevue avec le Journal de Montréal. 

« Les blessures sont là, mais il faut redonner le droit aux victimes de vivre pleinement, de mordre dans la vie, de les laisser prendre leur envol. »

Dans cinq ans, Guy Turcotte pourra déjà demander une libération conditionnelle. 

« Ça m’angoisse. On verra comment il s’est réhabilité. J’espère qu’il le sera, parce que d’une certaine façon, ça me protégera », a affirmé Isabelle Gaston, en entrevue avec le Journal de Montréal.

Partager sur Facebook
3,408 3.4k Partages

Source: TVA Nouvelles
Crédit Photo: Facebook