Nouvelles : Dire à un douanier que vous avez déjà fumé de la marijuana pourrait vous interdire d'entrer aux États-Unis.

Dire à un douanier que vous avez déjà fumé de la marijuana pourrait vous interdire d'entrer aux États-Unis.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
539 539 Partages

Si vous avez déjà fumé du cannabis, vous devriez peut-être y repenser à deux fois la prochaine fois qu'on vous posera des questions à ce sujet à la frontière américaine.

Bien que le cannabis soit légal dans plusieurs états des États-Unis et qu'il sera légal au Canada à partir du 17 octobre prochain, le fait de posséder du cannabis aux États-Unis est toujours jugé comme étant un crime selon la loi fédérale.

Cela signifie que vous pourriez rencontrer de sérieux problèmes à la frontière si un agent de la douane vous posait des questions à ce sujet et que vous osiez vous présenter comme étant un consommateur de cette drogue.

Un avocat spécialisé en immigration, Len Saunders, affirme que la loi est sans pitié quand il s'agit de cannabis aux frontières des États-Unis: "C'est noir ou blanc. Si vous admettez avoir déjà fumé du cannabis aux frontières américaines, que vous soyez du côté du Canada ou de celui des États-Unis, vous serez barré à vie des États-Unis."

Selon l'avocat, les Canadiens qui se voient bloqués des États-Unis pour cette raison peuvent faire des démarches auprès des autorités afin d'obtenir une permission temporaire, mais dans l'éventualité où ils l'obtiennent, ils devront la faire renouveler à tous les 5 ans. Comme processus est très long et très coûteux, cela risque de freiner grandement les motivations des touristes ou des visiteurs aux prises avec cette interdiction.

On estime que ces autorisations temporaires peuvent coûter jusqu'à 585 dollars US et elles peuvent prendre jusqu'à un an avant de les obtenir. La demande implique de nombreuses documentations et même un examen du passé judiciaire et criminel de l'individu qui souhaite obtenir l'autorisation.

Toujours selon Saunders, il semblerait que les agents des postes frontaliers demanderont de plus en plus de questions reliés aux cannabis auprès des ressortissants canadiens.

Saunders ne conseille pas aux gens de mentir aux agents de la douane, toutefois, il suggère fortement à ceux et celles qui devraient répondre qu'ils ont déjà consommé du cannabis de tout simplement refuser de répondre à cette question. Les Canadiens ont légalement le droit de ne pas répondre à ce genre de question.

Ainsi, peut-être que la personne qui refusera de répondre se fera refuser l'entrée au pays, mais au moins, elle n'aura pas à négocier toute sa vie avec une interdiction de rentrer au pays.

Toutefois, si un agent de la douane vous menace de vous faire subir un test de détecteur de mensonges ou des tests de sang, sachez que ce sont de fausses menaces, car ces tests ne sont pas disponibles dans les postes frontaliers.

Partager sur Facebook
539 539 Partages

Source: CTV News · Crédit Photo: iStock