Nouvelles : Desjardins: une victime de vol d'identité se vide le coeur
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Desjardins: une victime de vol d'identité se vide le coeur

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
8,450 8.5k Partages

Maxime Bégin a publié un message important sur son compte Facebook, jeudi. Cet homme a été victime d'un vol d'identité qu'il croit être lié au vol de données personnelles chez Desjardins. Voici son message, dans son intégralité : 

« Tout a commencé le mercredi 12 juin 2019, à mon retour du travail, quand j’ai eu la surprise de trouver un mystérieux état de compte de la Master Card Walmart dans ma boîte aux lettres. La surprise était d’autant plus saisissante que je n’avais reçu aucun courrier à la maison depuis des mois (je reviendrai sur cette situation plus bas) et que je n’avais aucune carte de crédit de cette chaîne de magasins.

Je me suis empressé de contacter le service à la clientèle de la banque en question où l’on m’a appris qu’une carte avait été émise en mon nom en février 2019 et qu’un solde de plus de 3000$ y était inscrit. Suite à une longue discussion et à de nombreuses vérifications de sécurité, j’ai fini par prouver qu’il s’agissait d’une fraude et on m’a rassuré en m’expliquant que je n’aurais pas à régler la note. Ouf! Le téléphoniste, après m’avoir accidentellement révélé le faux numéro de téléphone associé au compte, a terminé l’appel en me conseillant d’aviser la police de ma situation et de m’adresser à Equifax et Trans Union pour faire retirer cette carte de mon dossier de crédit.

C’est à ce moment que le cauchemar a réellement commencé. J’ai contacté les deux agences de crédit pour réaliser qu’une autre carte, celle-ci de la Banque Canadian Tire, avait aussi été émise en mon nom et avait aussi un solde de plus de 3000$ en souffrance, et que plusieurs autres demandes de crédit et de téléphones cellulaires avaient été faites, entre autres chez Amex, à la Banque TD et chez Fido. Résultat : je devais maintenant près de 7000$ et ma cote de crédit autrefois enviable avait chuté drastiquement pour se retrouver dans le 10% le plus bas au Canada. Partout on avait donné le même numéro de téléphone et la même adresse courriel frauduleuse, partout on avait utilisé mon nom, mon numéro d’assurance sociale, ma date de naissance et mon adresse pour faire les demandes. Comment se pouvait-il que quelqu’un ait accès à toutes ces informations confidentielles et surtout, comment se faisait-il que je n’avais encore jamais reçu de relevé de compte pour toutes ces cartes de crédit?

Sous les conseils de la téléphoniste de Trans Union, j’ai décidé de contacter Postes Canada pour les aviser de la situation. On m’a alors appris que mon courrier avait été réacheminé, à ma demande, à une autre adresse (qu’on a refusé de me divulguer), de février 2019 à juin 2019 et que c’était pour cette raison que je n’avais rien reçu pendant des mois. J’étais stupéfait. Je n’avais jamais fait cette demande. De plus, quelques mois plus tôt, soit vers la mi-mars 2019, mon conjoint et moi avions contacté Postes Canada ainsi que notre bureau de postes local pour les aviser que nous ne recevions plus de courrier et qu’il y avait un problème. Après avoir contacté le facteur et vérifié notre dossier, on nous avait affirmé que tout était en ordre et que le courrier était bien livré à notre adresse. Malgré plusieurs demandes de vérification, rien n’avait été fait. Comment se pouvait-il que quelqu’un ait réussi à faire virer notre courrier à une autre adresse sans présenter de papier d’identité avec photo et comment se pouvait-il que personne n’ait remarqué que notre courrier était transféré lors de nos multiples appels en mars?

Je me suis mis au travail. J’ai porté plainte à la police d’Ottawa qui m’a répondu, en gros, qu’elle s’occuperait de mon dossier si elle avait le temps. J’ai porté plainte à la GRC. J’ai appelé chacune des institutions financières figurant à mon dossier de crédit suite à la fraude pour demander que les transactions soient retirées de mon dossier de crédit. Je me suis plaint à Postes Canada. J’ai communiqué avec Services Canada pour savoir quoi faire pour la fuite de mon NAS. J’ai passé des heures en attente et à expliquer ma situation à des dizaines de téléphonistes qui se donnaient le relai, j’ai été transféré plus de fois que je ne peux les compter et j’ai écouté tout ce qui a été enregistré de musique d’ascenseur et de piano Nouvel-Âge. J’ai perdu plusieurs journées de ma vie et j’ai senti ma pression artérielle atteindre des sommets. Et j’ai finalement contacté Desjardins, parce que j’y ai des comptes et des cartes de crédit depuis plus de 40 ans et pour m’assurer que rien de douteux n’y figurait. On m’a dit qu’on prenait ma situation en note, de ne pas m’inquiéter et d’appeler la police et les agences de crédit. J’ai raccroché, rassuré de me savoir en sécurité. Puis j’ai ouvert la télévision et appris la fuite de renseignements personnels qui affectait Desjardins, son ampleur, les conséquences qu’elle pourrait avoir et les actions que promettaient de prendre ses dirigeants pour aider leurs clients. Et j’ai finalement compris ce qui s’était probablement passé.

Aujourd’hui, ce qui m’enrage, ce n’est pas la fuite d’informations personnelles ni le fait que Desjardins ait été victime d’un employé malhonnête. Ça aurait pu arriver à n’importe quelle institution financière. Ce qui me fâche et me laisse incrédule, c’est d’entendre les représentants de Desjardins minimiser l’ampleur de la crise sur toutes les tribunes, répéter ad nauseam qu’il ne faut pas s’inquiéter, que rien ne laisse croire que les informations ont été refilées à des fraudeurs, que le nombre de vols d’identité chez leurs clients n’a pas augmenté depuis la fraude. Et ce qui me rend le plus amer, c’est qu’on ne me prenne pas au sérieux quand j’appelle, qu’on me remette la cassette de « tout est correct, vous aurez la protection d’Equifax gratuitement pour cinq ans », comme si ça allait effacer toute cette situation, comme si ça me redonnait tout ce temps que j’ai perdu à essayer de régler ce problème qui me suivra toute ma vie. Même son de cloche chez Postes Canada : « On a vérifié pis vous avez pas à vous inquiéter, y’a rien qui a été affecté. » Vraiment? Mon courrier et celui de mon conjoint ont été réacheminés à un criminel pendant 5 mois alors je vous assure qu’ici, on est affectés.

Aujourd’hui, je ne peux m’empêcher d’angoisser sur le possible passeport émis à mon nom, sur la dizaine de textos et d’appels d’hameçonnage que je reçois maintenant chaque jour, sur ce courrier de 5 mois que je n’ai pas reçu et que je ne recevrai jamais, sur les problèmes que j’aurai désormais chaque fois que j’ai besoin de crédit ou d’utiliser mon NAS et sur le fait qu’un criminel possède mon adresse et mes informations personnelles et pourrait débarquer chez moi n’importe quand. Je trouve la situation très sérieuse et je considère que toutes les victimes de la fuite méritent une certaine compensation et beaucoup plus d’aide que ce qui m’a été offert jusqu’à présent, tant chez Desjardins que chez Postes Canada. Ces institutions en qui nous avons confiance doivent prendre beaucoup plus au sérieux la situation et ses conséquences pour les victimes, et nous offrir le support et l’aide nécessaire à la reprise de nos identités et au nettoyage de nos dossiers de crédit et de nos réputations financières.

En attendant la suite, je tenais à partager ma situation, question de me vider un peu le cœur mais surtout de vous faire réaliser combien il faut prendre soin de nos informations personnelles et rester à l’affût de tout ce qui se fait en notre nom. Jamais je n’aurais pensé que l’arrêt de mon courrier devait sonner une alarme pour une possible fraude, jamais je n’aurais eu l’idée de vérifier mon dossier de crédit sans l’arrivée du premier compte frauduleux et jamais je n’aurais cru possible qu’une telle situation me tombe sur la tête sans préavis. Voilà. Prenez soin de vos données personnelles et surveillez-vous bien! Les fraudeurs sont là et ils sont là pour rester. »

Partager sur Facebook
8,450 8.5k Partages

Source: Maxime Bégin
Crédit Photo: Capture d'écran