Nouvelles : Desjardins: les victimes ne sont pas totalement protégées avec Equifax

Desjardins: les victimes ne sont pas totalement protégées avec Equifax

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les victimes du vol de données personnelles chez Desjardins ne sont pas à l'abri, même avec la protection d'Equifax, a démontré Radio-Canada. 

Radio-Canada a demandé la collaboration de membres de Desjardins qui étaient victimes du vol de données et qui se sont inscrits au service d'Equifax. Tous les participants ont fait une demande de carte de crédit sur le site web d'une banque pour vérifier si l'outil de surveillance de crédit allait les alerter. Seulement une personne sur cinq a été alertée. 

« La carte de crédit que j'ai reçue m'alloue quand même un gros montant. Je réalise que n'importe qui aurait pu la remplir », a réalisé Maude Moreau-Bélanger, en entrevue avec Radio-Canada, après avoir reçu une carte de crédit de la Banque Royale sans jamais recevoir une alerte d'Equifax. « C'est un petit peu épeurant. Je suis très déçue. »

Mathieu Legault, lui, a pu recevoir une carte de crédit American Express Mariott Bonvoy sans jamais être alerté par Equifax.

« Je me pose des questions sérieuses. C'est quoi le service que Desjardins m'offre et en quoi ça me protège? », a-t-il demandé. 

Le problème, selon Radio-Canada, est qu'il existe deux grandes compagnies de crédit, soit Equifax et TransUnion. 

« Toutes les banques font affaire avec les deux, mais certaines vont privilégier TransUnion pour prendre leur décision de crédit et d'autres vont privilégier Equifax. C'est ce qui explique pourquoi des clients vont faire des demandes de cartes de crédit et ne recevront pas d'alerte d'Equifax. », a expliqué le président du Bureau canadien du crédit, Sylvain Paquette. 

Les fraudeurs auraient compris ce stratagème et feraient, en priorité, des demandes de crédit qui passent par TransUnion ou des demandes de prêts en ligne qui ne demandent aucune enquête de crédit. 

« Desjardins affirme qu'Equifax couvre 70 % du marché canadien. Pour une protection complète, les 2,9 millions de ses membres victimes du vol de données devraient donc aussi bénéficier du service de TransUnion. C'est d'ailleurs ce qu'avait promis le PDG de Desjardins, le 3 juillet, sans donner de nouvelles depuis », a précisé Radio-Canada.

Desjardins serait toujours en discussion avec TransUnion, d'après la porte-parole Chantal Corbeil. D'ici à ce que les deux entreprises arrivent à une entente, les membres de Desjardins peuvent consulter leur dossier de crédit TransUnion par AccèsD, mais ils ne recevront pas d'alerte. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio Canada · Crédit Photo: Capture d'écran