Nouvelles : Des traces du coronavirus découvertes sur un scanner dès le 16 novembre

Des traces du coronavirus découvertes sur un scanner dès le 16 novembre

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Il s'agit sans aucun doute d'une des histoires les plus troublantes qu’on a entendue au cours des derniers jours et elle nous vient de Colmar dans le Haut-Rhin où des traces du coronavirus ont été détectées sur un scanner dès le 16 novembre dernier. 

C'est Le Parisien qui rapporte cette nouvelle qui est en train de faire couler beaucoup d'encre. En effet, l'hôpital Albert-Schweitzer de Colmar a découvert des traces du coronavirus sur un scanner dès le 16 novembre dernier. Une découverte réalisée par le médecin-chef de l'imagerie médicale qui a passé au peigne fin les 2456 scanners effectués entre le 15 octobre et le 30 avril. Le quotidien précise que ces analyses ont permis de détecter rétrospectivement 2 cas de coronavirus le 16 novembre, 12 en décembre et 16 en janvier. 

Ce qui est étonnant dans cette histoire, c'est qu'à cette époque le coronavirus n'était pas encore arrivé officiellement en France. Si ces résultats doivent être encore confirmés, le Dr Michel Schmitt a expliqué au quotidien Le Parisien que ces analyses ont pour but de comprendre la manière dont le virus s'était propagé, mais surtout pour «faire mieux une prochaine fois, en réagissant plus tôt».

Crédit photo: Adobe Stock

Même son de cloche du côté du professeur Antoine Khalil qui s'est exprimé sur les résultats de cette analyse dans les colonnes du quotidien. « Cette étude rétrospective est une excellente idée pour comprendre la propagation de la maladie. Mais, sauf si des échantillons nasaux ou sanguins ont été conservés, il sera difficile d'avoir la preuve absolue de l'infection à cette période-là. Un test sérologique pourrait confirmer la présence d'anticorps, mais pas dater leur présence».

Le Parisien explique que la prochaine étape pour cet hôpital de Colmar est de mettre en place une analyse épidémiologique, ainsi que de rencontrer les patients concernés et d'essayer de comprendre avec eux comment leur contamination aurait pu se produire alors que la maladie n'était officiellement pas présente au sein du pays au cours de cette période.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Adobe Stock