Nouvelles : Des tests de dépistage rapides et obligatoires seront déployés dans les aéroports français

Des tests de dépistage rapides et obligatoires seront déployés dans les aéroports français

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

À partir du 7 novembre, les passagers arrivant de l’étranger devront désormais se soumettre à des tests de dépistage de la COVID-19 "obligatoires" et rapides seront déployés dans les aéroports français. Les voyageurs qui arriveront en provenance d’États européens seront toutefois exemptés.

C'est la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili qui en a fait l'annonce lundi, tout en rappelant que le déploiement à grande échelle de tests de dépistage de la COVID-19 dans les aéroports était vivement réclamé par le secteur du transport aérien, et ce, dans le but d'éviter des mesures de quarantaine à l’arrivée, alors que le trafic aérien a subi un effondrement sans précédent en raison des restrictions de circulation mises en place partout dans le monde pour freiner la propagation du virus.

La ministre Pompili a déclaré au cours d'une conférence de presse: "Nous mettrons en place à partir du 7 novembre dans les aéroports un test de dépistage obligatoire pour les passagers en provenance de l’ensemble des pays du monde, à l’exception des États européens. [...] Les voyageurs seront testés à l’arrivée et auront leur résultat quelques dizaines de minutes après, sauf à ce qu’ils disposent préalablement à leur départ d’un test PCR de moins de 72 h."

Crédit photo: Adobe Stock

Même si les tests antigéniques sont reconnus comme étant moins performants que les tests PCR actuels, ceux-ci peuvent toutefois fournir des résultats en 10 à 30 minutes, ce qui fait grandement le bonheur du gestionnaire ADP, qui s'occupe notamment des aéroports d’Orly et de Paris-Charles de Gaulle et qui a expliqué avoir "bien reçu ce week-end la notification de principe de leur autorisation, mais pas encore l’accord formel de l’Agence régionale de santé (ARS)".

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock