Nouvelles : Des résidents d'un CHSLD vaccinés contaminés tout de même par la COVID-19

Des résidents d'un CHSLD vaccinés contaminés tout de même par la COVID-19

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Sept personnes qui résident au CHSLD Maimonides ont contracté la COVID-19 au cours du dernier mois, malgré une première dose de vaccin, rapporte La Presse. Des experts en vaccination estiment toutefois que cette situation malheureuse était aussi « prévisible ». 

La direction du CHSLD a envoyé une note mardi aux familles des personnes concernées où elle fait savoir que sept résidents infectés « ont tous reçu la première dose du vaccin contre la COVID-19 et ils ont été infectés au cours des 28 premiers jours suivant l’administration de cette dose », sans toutefois préciser le nombre de jours écoulés entre la vaccination et l'infection. Or, cette information est importante pour comprendre les effets de la vaccination, soutient en entrevue à La Presse le Dr Gaston De Serres, épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

« Le vaccin a besoin de deux semaines pour stimuler la réponse immunitaire pour nous protéger. C’est comme ça pour tous les vaccins », explique-t-il.

Selon les études cliniques faites par Pfizer-BioNTech et Moderna, les deux vaccins actuellement approuvés au pays, durant les 14 jours suivant la vaccination, autant le groupe de vaccinés que le groupe ayant reçu un placebo enregistraient un nombre similaire d'infections. 

Mais après 14 jours, les entreprises ont observé une nette différence, avec une immunité à plus de 90 %. Le Dr De Serres précise néanmoins qu' « aucun vaccin n’est efficace à 100 %, et on sait qu’une partie des gens vaccinés tombera malade ».

« Si on est déjà infecté au moment de recevoir le vaccin, on peut faire la maladie. Si on est infecté rapidement après avoir reçu le vaccin, on peut avoir la maladie », ajoute-t-il, en poursuivant que l'infection de résidents vaccinés au CHSLD Maimonides était « prévisible, même si c’est évidemment très triste, puisqu’on peut penser que s’ils avaient été vaccinés deux semaines plus tôt, ils n’auraient pas été malades ».

Et la deuxième dose 21 jours plus tard n'aurait rien changé dans le nombre de cas, selon le Dr De Serres. D'après les études menées par Pfizer, le taux de protection de 95 % survient sept jours après avoir reçu la deuxième dose. 

Contactée par La Presse, la direction du CHSLD n'a toutefois pas retourné les appels. Elle a toutefois dit être en collaboration « avec les équipes de Prévention et contrôle des infections et de Santé publique pour analyser la situation ». 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock