Nouvelles : Des policiers donnent des amendes pour non-respect du couvre-feu à des gens dans un taxi

Des policiers donnent des amendes pour non-respect du couvre-feu à des gens dans un taxi

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

À Saint-Jean-sur-Richelieu, des citoyens croient à tort qu'ils n'obtiendront pas de contravention pour non-respect du couvre-feu s'ils se retrouvent dans un taxi, rapporte le Journal de Montréal. 

Néanmoins, les policiers ont remis plusieurs amendes dans de telles situations, si bien qu'un passager sur deux dans les taxis a reçu un tel constat d'infraction. 

« C’est sûr qu’il y en a quelques-uns qui, après s’être enfargés dans deux ou trois menteries, finissent par avouer qu’ils revenaient de souper chez des amis », fait savoir au quotidien montréalais Julie-Maria Lang du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu.

« Souvent, c'est des gens qui sont reliés à la criminalité. Moi, je suis intervenu avec quelqu'un qui disait être "tatoueur de nuit" », ajoute un agent,  Michael Martin.

Depuis l'entrée en vigueur du couvre-feu au Québec, 180 amendes et 147 avertissements ont été donnés par les autorités à Saint-Jean-sur-Richelieu, sur un total de 4 700 interceptions. 

« Par exemple, il y avait deux personnes qui pouvaient ensemble promener le chien. Bon, un couple, un monsieur et une madame. Le décret dit que c'est une personne. On pouvait donner un avertissement là-dessus, mais clairement, c'est une situation qu'on ne tolère pas à répétition », ajoute l’agente Lang. 

Selon la présidente de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), Suzanne Roy, les patrouilles policières ont contribué à freiner la propagation du nouveau coronavirus dans la province. Elle espère désormais une présence accrue pour la semaine de relâche.  

« Je pense que le succès qu’on a vu au niveau des chiffres est, entre autres, dû au travail qu’ils ont fait de prévention et d’intervention pour assurer le maintien des règles sanitaire et ça va être d’autant plus important à cette période de relâche où il y a moins d’activités, il y a moins de possibilités, donc on va retrouver une masse de gens au même endroit, alors il faut absolument que les policiers soient très présents, pour s’assurer que les règles soient respectées », dit-elle. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Adobe Stock