Nouvelles : Des milliers de Québécois n'auront pas le droit de se réunir pour les fêtes

Des milliers de Québécois n'auront pas le droit de se réunir pour les fêtes

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Des milliers de Québécois qui étudient, travaillent dans des commerces, dans les réseaux de la santé et dans les services d'urgence, ne pourront pas passer les festivités de Noël en compagnie de leur famille et de leurs amis, a confirmé le gouvernement. 

Mardi, François Legault avait déclaré en conférence de presse qu'il était important de s'isoler en quarantaine dès le 17 décembre. Sans cette période obligatoire sans contacts sociaux, il faudra donc faire une croix sur les réunions entre proches permises du 24 au 27 décembre. 

Le lendemain de cette annonce, des membres de l'opposition à l'Assemblée nationale ont souligné que plusieurs situations empêcheraient des Québécois de respecter cette exigence et, par défaut, de pouvoir fêter avec leurs proches. 

« Il a fallu faire des choix », a expliqué la vice-première ministre ,Geneviève Guilbault, durant la période des questions au Salon bleu. 

Ainsi, tous ceux qui ne seront pas en mesure de s'isoler devront dire adieu à l'idée de passer Noël réunis autour d'une même table que leurs proches. Sont entre autres concernés les employés de la santé et des services sociaux, les policiers, les pompiers et les ambulanciers, les éducateurs en garderie, les employés des commerces de détail et des restaurants, les étudiants du cégep et des universités, qui passeront leurs examens avant Noël, rapporte le Journal de Montréal. 

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, plaidé qu’il s’agissait d’un « sacrifice » nécessaire dans le but de protéger la population. 

« Ce que la santé publique nous a accordé, ce n’est pas négociable », a-t-il martelé.

De son côté, Geneviève Guilbault a déclaré que le fait d'agir autrement pourrait entraîner de graves conséquences sur les capacités du réseau de la santé.  

« Je pense qu’il n’y a personne ici qui veut avoir une troisième vague pénible et ardente après Noël », a-t-elle plaidé. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Facebook