Nouvelles : Des masques destinés au Canada détournés par d'autres pays

Des masques destinés au Canada détournés par d'autres pays

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Après que la France ait dénoncé le fait que les États-Unis avaient tenté de détourner une cargaison de masques qui lui était destinée, le Canada confirme à son tour que les Américains ont acheté une partie d'une cargaison de masques achetée pour le Québec, alors que celle-ci transitait par l'Europe.

Une source bien au fait des approvisionnements du Canada en Chine a expliqué à ICI Radio-Canada: "Ça nous est arrivé à nous aussi. [...] Il y a beaucoup de concurrence sur le terrain en Chine entre l’Europe, l’Amérique, etc. La logistique est très difficile. [...] La bataille est ouverte pour se procurer les équipements."

Sans révéler de détails, le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie, a laissé entendre que cette situation s'était réellement produite en déclarant: "Il y a toute une saga en coulisses de stocks qui n'existent pas ou qui disparaissent. [...] Des livraisons sont rachetées par en dessous, à l'avion, par des États autres que le Canada."

Le premier ministre du Québec François Legault a aussi été questionné à cet effet et celui-ci a répondu: "J'ai l'impression qu'on a plutôt gagné cette bataille-là, même contre des États américains. Certains sont déjà en manque de matériel, alors que nous, on en a encore pour une semaine et des commandes rentrent chaque jour. [...] On a posé des gestes en Asie pour payer facilement, pour offrir le transport des marchandises nous-mêmes [...] Je ne sais pas qui a volé des commandes à qui, mais je pense qu'au net, on s'en est bien sorti."

Enfin, du côté de la compagnie Medicom de Pointe-Claire, qui fabrique des masques dans ses usines en Chine, à Taïwan, aux États-Unis et en France, le président de l'entreprise, Guillaume Laverdure, explique que la situation est très complexe en ce moment: "On sait à qui on les achète et on obtient tout ce qu'on achète. [...] C'est complexe, reconnaît-il, parce qu'il faut savoir où aller et à qui acheter. Il y a une capacité de production limitée et une demande exponentielle. Alors, oui, ça crée des tensions sur le marché."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock