Nouvelles : Des chasseurs qui s'étaient introduits illégalement sur un terrain privé abattent un sanglier domestiqué.

Des chasseurs qui s'étaient introduits illégalement sur un terrain privé abattent un sanglier domestiqué.

« Tirer des animaux, les laisser souffrir, c’est de la barbarie. »

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles

Une vidéo montrant des chasseurs qui ont tiré à bout portant un sanglier domestiqué a littéralement enflammé les réseaux sociaux.

La vidéo très controversée a été filmée au domaine du Monceau à Liverdy-en-Brie en Seine-et-Marne, un terrain privé, où des chasseurs se sont introduits illégalement en passant une brèche qu’ils avaient faite dans la clôture dans le but d’aller y braconner des animaux.

Selon Alain Martin, qui est maître des lieux, des chasseurs s’introduisent sur son domaine privé depuis plusieurs années, alors qu’il doit multiplier les mesures afin de protéger les sangliers, les cerfs, les daims, les lapins, et plusieurs autres espèces qui s’y trouvent.

C’est le journaliste de l’émission « Sur Le Front » Hugo Clément qui a partagé sur Twitter la vidéo très choquante de l’exécution du sanglier Hercule. Peu après la diffusion de la vidéo, de nombreux internautes ont vivement dénoncé les agissements des chasseurs, tout comme de nombreuses associations de défense des animaux, dont la Fondation 30 Millions d’Amis.

L’organisation PETA a aussi réagi par l’entremise de son compte français en faisant remarquer aux internautes que le sanglier Hercule semblait seulement « rechercher l’affection du groupe de chasseurs » auprès des chasseurs lorsque « l’un d’eux va l’abattre à bout portant, au mépris de toutes les règles de sécurité ».

Selon Hugo Clément, la vidéo aurait été filmée à la fin de 2019.

Le maître du domaine, Alain Martin, a aussi réagi à la publication de cette vidéo qui lui a rappelé de douloureux souvenirs quant au départ du sanglier Hercule : « Ce n’était pas qu’un animal. C’est le seul animal que j’ai vraiment considéré de compagnie. Il me suivait partout, je l’ai élevé au biberon. C’est un animal que j’aimais. Il leur réclamait des câlins et ils l’ont tué. »

Enfin, M. Martin a conclu en ajoutant qu’il « n’y a pas d’acte de chasse. Là, c’est gratuit. Tirer des animaux, les laisser souffrir, c’est de la barbarie. »

Source: Démotivateur · Crédit Photo: Capture d'écran