Nouvelles : DERNIÈRE HEURE: Nouvelles accusations d'«harcèlement sexuel» déposées contre Patrick Bruel

DERNIÈRE HEURE: Nouvelles accusations d'«harcèlement sexuel» déposées contre Patrick Bruel

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que le chanteur Patrick Bruel s'est retrouvé dans l'eau chaude suite à la plainte d'une jeune femme pour « harcèlement et exhibition sexuels », voilà que le Parisien a annoncé ce lundi que d'autres plaintes ont été déposées contre lui. 

Deux nouvelles victimes présumées ont livré un récit similaire au média français. 

La première est une femme qui réside dans la Loire. Elle a confié au Parisien que le chanteur aurait demandé des caresses sexuelles « avec les mains » alors qu'elle devait lui faire un massage dans sa chambre d'hôtel à Cannes, en septembre 2008. Quand elle a refusé, Patrick Bruel aurait menacé la jeune femme de nuire à sa carrière, affirmant qu'il connaissait « très bien » son patron. Le chanteur aurait ensuite tenté de passes ses bras autour de sa taille, mais la jeune femme l'a repoussé. Par peur de perdre son emploi, la masseuse avait gardé le silence jusqu'à aujourd'hui.

La deuxième femme est une résidente des îles Baléares (Espagne) et l'histoire se serait produite en 2011. La jeune femme avait 25 ans et travaillait comme masseuse à l'époque et s'était rendue à la chambre du chanteur à l'hôtel de luxe Eden Rock sur l'île caribéenne de Saint-Barthélemy pour un massage. Patrick Bruel aurait refusé de se couvrir. Selon le témoignage de cette femme, il lui aurait demandé une fellation avant de coller son membre en érection sur elle et en empoignant ses mains. La masseuse a dit qu'elle a refusé de céder, mais qu'elle a accepté de masser le chanteur le lendemain parce qu'elle était indimidée par sa renommée. Cette deuxième séance se serait déroulée sans incident.  

L'enquête a été ouverte le 13 août dernier suite à la plainte d'une première femme. Ces deux nouveaux témoignanges pourraient aussi être couverts pas la prescription. Comme la première femme ne pouvait pas compter sur des témoins directs, les témoignages des deux autres femmes pourraient appuyer sa crédibilité. 

« Nous n'avons pas eu connaissance du contenu de ces témoignages et notre client n'a pas été interrogé sur ces allégations. En tout état de cause, ce qui est évoqué ne correspond absolument pas à la réalité, ni aux principes ni au comportement de notre client. L'enquête judiciaire permettra de le démontrer », ont déclaré les avocats de Patrick Bruel, Maîtres Karine Bourdié et Hervé Temime.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Paisien · Crédit Photo: Capture d'écran