Nouvelles : De plus en plus de violeurs et de criminels violents étrangers seront expulsés d'Australie

De plus en plus de violeurs et de criminels violents étrangers seront expulsés d'Australie

L'Australie prend les grands moyens.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
746 746 Partages

L'Australie a décidé de serrer la vis aux criminels qui ne sont pas nés au pays. Un nouveau projet de loi déposé jeudi propose que « toute personne déclarée coupable d'une infraction punissable d'au moins deux ans d'emprisonnement pourrait voir son visa annulé, qu'il soit ou non emprisonné moins longtemps ».

Parmi les crimes qui pourraient mener à une expulsion du pays, nous retrouvons la participation à des émeutes, des invasions de domicile, des détournements de voiture et des infractions graves aux ordonnances de violence familiale en plus de crimes sexuels et violents. 

Sous la nouvelle loi, des délits violents, notamment des meurtres, des homicides involontaires, des enlèvements, des voies de fait, des cambriolages aggravés et des menaces de violences constitueraient des motifs d'expulsion. 

Les crimes sexuels, y compris les viols, les attentats à la pudeur et la pornographie de vengeance (vengeance porn) seraient également passibles d'expulsion du pays, ainsi que la possession d’armes prohibées et même l’aide à l’une des infractions visées énumérées précédemment.

Et les enfants? Ils seraient inclus dans les nouvelles répressions et pourraient aussi être expulsés. 

Pour le ministre de l'Immigration australien, David Coleman, c'est une mesure nécessaire pour assurer la sécurité de tous les citoyens dans une société plurielle et multiculturaliste. 

« Ce projet de loi envoie un message clair et sans équivoque au nom de la communauté australienne: l'entrée ou le séjour en Australie est un privilège réservé aux personnes de bonne moralité », a déclaré David Coleman au Parlement.

« Comme la communauté australienne, le gouvernement n'a aucune tolérance pour les non-citoyens qui se sont rendus coupables de crimes graves », a-t-il ajouté. 

Le ministre souhaite aussi mettre en place un « test de personnalité » plus sévère à l'endroit des immigrants.

Le sénateur australien Fraser Anning a demandé « un plébiscite permettant au peuple australien de décider s'il souhaite ou non voir venir en masse des immigrés du tiers monde non anglophones, et en particulier s'il veut des musulmans » en août dernier. 

Fraser Anning a aussi déclaré que les Australiens pourraient vouloir « revenir à la politique d'immigration essentiellement européenne du consensus pré-Whitlam ».

Fraser Anning a ajouté que les raisons « de mettre fin à toute immigration musulmane sont à la fois convaincantes et évidentes ».

« Le bilan des musulmans déjà arrivés dans ce pays en termes de taux de criminalité, de dépendance à l'aide sociale et de terrorisme est le pire de tous les migrants et dépasse largement un autre groupe d'immigrants », a-t-il déclaré.

« La majorité des musulmans en âge de travailler en Australie ne travaillent pas et vivent de l'assistance sociale. Les musulmans de Nouvelle-Galles du Sud et de Victoria ont trois fois plus de chances que les autres groupes d'être reconnus coupables de crimes. »

« Nous avons des bandes de Musulmans africains noirs terrorisant Melbourne, des Musulmans sympathisant avec l'État islamique qui essaient d'aller à l'étranger pour tenter de se battre pour l'EI et, bien que tous les Musulmans ne soient pas des terroristes, il est certain que tous les terroristes de nos jours sont musulmans. »

« Alors pourquoi quelqu'un voudrait-il en amener plus ici? »

Des propos qui ont mené  l'homme politique à être expulsé de son parti. 

Partager sur Facebook
746 746 Partages

Source: Daily Mail · Crédit Photo: Capture d'écran