Nouvelles : De plus en plus de femmes font ça après avoir fait l'amour, une gynécologue révèle que ça s'avère bénéfique!
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

De plus en plus de femmes font ça après avoir fait l'amour, une gynécologue révèle que ça s'avère bénéfique!

Étrange mais efficace!

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
3,528 3.5k Partages

Se sécher les parties intimes après une relation sexuelle peut sembler complètement farfelu, mais selon une réputée gynécologue, cela s'avère plutôt bénéfique!

En effet, cette étrange façon de faire s’avérerait efficace afin de prévenir les infections vaginales : les femmes sujettes à ce type d’infections devraient se laver le vagin puis le sécher au sèche-cheveux, n'allez surtout pas sécher vos parties intimes sans les avoir lavés au préalable. 

C'est la Dr. Alyssa Dweck, une gynécologue américaine, qui parle de cette méthode plutôt inusitée dans son livre « The Complete A to Z for your V » et la sexologue allemande Beatrice Wagner partage son avis. « Lors de rapports sexuels avec un partenaire, nous échangeons beaucoup de bacilles, et la chaleur et l’humidité du vagin devient un milieu propice pour les levures. Notre système immunitaire s’en occupe normalement, mais si on est sujettes à des infections vaginales, il faudrait prévenir et bien sécher le vagin et le pubis, même si ça semble étrange, » explique-t-elle.

Il faudrait donc nettoyer le vagin à l’eau tiède et le sécher à l’air froid. L’utilisation d’une serviette sèche et propre est aussi une alternative, mais il faut s’assurer que le vagin ne soit pas complètement sec, il faut en préserver l’humidité pour ne pas perturber son équilibre.

Les mycoses vaginales sont un problème très fréquent, 75% des femmes en développeront au moins une fois dans leur vie. Elles se manifestent par des démangeaisons et des sensations de brûlures dans les régions génitales, ainsi qu’un écoulement d’une couleur d’un blanc jaunâtre et d’une texture friable. Les champignons derrière les mycoses vaginales sont le candida albicans et le candida galbrata.

D’autres conditions peuvent déclencher des infections vaginales à levure tels que des changements hormonaux (la grossesse par exemple), des troubles métaboliques (un dysfonctionnement de la thyroïde), un système immunitaire affaibli ou l’arrêt de la pilule contraceptive. L’hygiène corporelle excessive, les douches vaginales, les sous-vêtements synthétiques et les vêtements serrés peuvent aussi avoir une certaine incidence.

Si vous pensez souffrir d’une telle infection, consultez rapidement un gynécologue qui vous recommandera un traitement adéquat.

Si vos parties intimes se portent bien, il pourrait être bénéfique d'utiliser la technique de la docteure Alyssa Dweck.

Partager sur Facebook
3,528 3.5k Partages

Source: Alyssa Dweck
Crédit Photo: Capture vidéo