Nouvelles : D'autres départements français vont basculer en zone d'alerte maximale

D'autres départements français vont basculer en zone d'alerte maximale

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le premier ministre Jean Castex doit s'adresser aux médias jeudi soir à propos de nouvelles restrictions qui entreront en vigueur sur le territoire français.

Le quotidien  Le Parisien rapporte que le premier ministre annoncera que d'autres départements passeront en zone d'alerte maximale, d'après les informations du porte-parole Gabriel Attal à la sortie du Conseil des ministres . Ainsi, « un certain nombre de départements » seront également désormais visés par un couvre-feu nocturne, entre 21 h et 6 h. 

Alors que la COVID-19 circule toujours activement en France, le gouvernement mettra également à jour ses mesures concernant les restrictions de déplacements. 

Le Parisien prévoit qu'à l'instar de Saint-Étienne, Lille, Lyon et Grenoble, les villes de Clermont-Ferrand, Tours, Nantes pourraient elles aussi basculer en zone d'alerte maximale. Le quotidien français rapporte également que la ville de Strasbourg en Alsace frôle le seuil d'alerte maximale, avec un taux d'incidence qui « double chaque semaine », d'après  l'Agence régionale de santé du Grand est.

Le 16 octobre dernier, ce taux d'incidence dépassait le seuil d'alerte maximale, fixé à 250, dans 22 départements, d'après Santé publique France. Mais combien de ces départements ont dépassé les seuils retenus :  100 cas sur 100 000 chez les plus de 65 ans, et 30 % de patients Covid-19 dans les services de réanimation ?

Le nombre de patients atteints de la COVID-19 actuellement admis en réanimation a dépassé lundi les 2 000. Il s'agit d'une première depuis le mois de mai. Si ce nombre est encore loin du pic de la première vague, avec plus de 7 000 patients en réanimation, 150 cas graves sont admis chaque jour. Mardi, 278 ont été admis en réanimation. 

Le pouvoir exécutif désire désormais prolonger l'état d'urgence sanitaire au 16 février 2021, d'après un projet de loi présenté en Conseil des ministres. Il souhaite aussi appliquer des restrictions en circulation, en rassemblements et également limiter l'ouverture des établissements, et ce, jusqu'au 1er avril 2021, sur certaines zones ou la totalité du territoire français, selon l'évolution de l'épidémie. 

Depuis le début de la pandémie, la France a enregistré un total de 930 745 cas de COVID-19 et 33 845 décès, d'après les chiffres de Santé publique France. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Ayoye