Nouvelles : «C’est un pari risqué», des experts s'inquiètent des assouplissements annoncés par Legault

«C’est un pari risqué», des experts s'inquiètent des assouplissements annoncés par Legault

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Des experts s'inquiètent des risques liés à l'assouplissement des consignes sanitaires durant la semaine de relâche, même s'ils concèdent que le gouvernement vise à « accommoder » les familles, rapporte La Presse. Selon ces experts, la situation pourrait se détériorer rapidement, notamment en raison des nouveaux variants du coronavirus. 

« C’est un pari risqué », résume au quotidien montréalais la professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal Roxane Borgès Da Silva.

« On comprend tous que le congé aurait été difficile pour bien des parents sans allègements, mais j’espère que le gouvernement est conscient que ça pourrait, en une semaine, passer de 600 à 2500 cas. On le voit à Terre-Neuve, en ce moment », ajoute-t-elle, citant en exemple l'annulation du vote en personne dans cette province des Maritimes. 

Selon elle, Québec devrait notamment déployer des tests rapides à l'entrée des cinémas, dans les piscines et les arénas, dont la réouverture a été annoncée. 

« Partout dans le monde, c’est ce qu’on voit en ce moment pour arriver à neutraliser les super-propagateurs. Le gouvernement refuse d’aller chercher ce filet de plus, et je ne comprends pas pourquoi », questionne-t-elle.

Mme Da Silva conseille d'ailleurs de plutôt opter pour des activités en plein air afin de limiter la propagation du virus. « Au bout du compte, c’est toujours mieux qu’en milieu clos, même si on nous l’autorise », explique-t-elle. 

« Qu’on arrête de tenir les gens en haleine en promettant des réajustements dans deux semaines et qu’on soit honnête : disons clairement que tant qu’il n’y aura pas de vaccins, ça ne changera pas vraiment sur le fond », somme-t-elle. 

Rappelons qu'en conférence de presse, mardi, le premier ministre du Québec, François Legault, a simplement déclaré qu'il faudra être « plus prudent que moins […] avant de trop déconfiner », mais que l'assouplissement des mesures « donne une petite liste d’activités à faire pour occuper les enfants ».

« Les restrictions sont très dures, certes, mais le fait de composer avec plusieurs vagues de cas est aussi très dur pour le réseau. Je pense que ce serait le moment idéal pour amener les cas au seuil le plus bas possible. On aurait ainsi plus d’espace et de ressources pour prévenir d’éventuelles éclosions plus importantes des variants », croit de son côté le spécialiste des maladies infectieuses de l’Hôpital général juif, Matthew Oughton.

Selon lui, la décision la plus « prudente » aurait été de garder toutes les restrictions durant encore quelques semaines afin d'avoir un portrait plus clair des variants dans la province. « Ce risque que la transmission reparte à la hausse est encore bien réel », prévient-il.

« C’est un peu comme si nous avions le pied sur le frein, que la voiture ralentissait, mais qu’elle allait encore trop vite pour en sortir. Il faudrait attendre encore un peu », illustre le médecin. 

« Le gouvernement vous dira certainement que c’est un risque calculé, alors, maintenant, ce sera à lui de s’assurer qu’on teste beaucoup, efficacement et rapidement », croit de son côté le virologue Benoit Barbeau de l'UQAM. « C’est une balance. Quand on s’aperçoit qu’on a des tests positifs de ces nouvelles souches, la question est toujours : est-il trop tard ? Ce sera à suivre, mais chose certaine, on doit tous et toutes demeurer très vigilants ».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Capture d'écran vidéo Facebook