Nouvelles : «C'est encore pire que ce qu'on croyait», 81 % des universitaires en détresse psychologique

«C'est encore pire que ce qu'on croyait», 81 % des universitaires en détresse psychologique

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un sondage mené en novembre par la firme Léger « trouble » l'Union étudiante du Québec, rapporte Radio-Canada. L'enquête a fait état d'un nombre élevé d'étudiants aux prises avec des idées suicidaires durant 2020. 

L'étude rapporte que 3 % des sondés durant la session d'automne 2020 ont même déclaré avoir tenté de passer à l'acte. Ce taux est nettement plus élevé que celui dans la population générale. 

Le sondage a été mené en novembre auprès de 1 209 étudiants de 17 campus universitaires québécois. Le rapport doit être rendu public mercredi, et Radio-Canada en a obtenu une copie. L'enquête démontre que 81 % des répondants ont expérimenté des signes de détresse psychologique. Et la moitié de ce nombre est d'avis que leur état a empiré durant la session d'automne à distance.  

Selon l'Union étudiante du Québec (UEQ), qui représente 91 000 étudiants à l'université, il s'agit de « constats alarmants ».  « C'est encore pire que ce qu'on croyait » se désole la présidente de l'UEQ Jade Marcil, en entrevue avec la chaîne publique.

La moitié des sondés ont également observé une diminution de leur rendement de travail. « C'est vraiment à prendre en compte dans les prochaines mesures que les universités vont mettre en place », ajoute Mme Marcil, qui s'inquiète également des données concernant les idées suicidaires et les tentatives de mettre fin à ses jours. 

Le sondage relève que 7 % des répondants ont déclaré avoir eu de telles pensées durant les 12 mois précédant l'étude, et un taux de 3 % aurait même fait une tentative de suicide. 

« C'est une des statistiques qui nous inquiètent le plus. [...] C'est vraiment très important pour nous [d'y voir]. Ces chiffres-là sont vraiment très très troublants », constate Mme Marcil. 

Elle souligne que les chiffres sont plus élevés que dans la population générale. L'Enquête sur la santé de la population 2014-2015 de l'Institut national de santé publique du Québec faisait état de 2,8 % de Québécois qui avaient eu des idées noires, et que le taux de tentatives de suicide était quant à lui de 0,4 %. 

L'UEQ demande à nouveau une politique nationale d'amélioration de la santé mentale des étudiants. « Il faudra qu'il soit soutenu au prochain budget », réclame Mme Marcil.  

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock