Nouvelles : 3 soeurs adolescentes sont accusées du meurtre de leur père qui les violait et les torturait.

3 soeurs adolescentes sont accusées du meurtre de leur père qui les violait et les torturait.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,713 1.7k Partages

De nombreux activistes qui militent en faveur des droits de la personne ainsi que des avocats se disent indignés que trois soeurs adolescentes soient accusées du meurtre de leur père qui les violait. 

Deux des trois soeurs, Krestina et Angelina Khachaturyan, risquent d'écoper une peine d'emprisonnement entre 8 et 20 ans, et ce, même si des enquêteurs ont clairement démontré que leur père leur avait fait subir de la torture et des agressions sexuelles pendant de nombreuses années.

Quant à la plus jeune des trois soeurs, Maria, étant donné qu'elle n'a que 17 ans, la cour a déclaré qu'elle n'était pas en mesure de comprendre la portée de ses actions tandis qu'elle avait été entraînée dans une conspiration visant à poignarder leur père "contrôlant et pédophile" en plein coeur. Ainsi, Maria ne devrait pas écoper d'une peine d'emprisonnement.

Le père de 57 ans nommé Mikhail Khachaturyan est mort après avoir été poignardé en plein coeur avec son propre couteau de chasse.

De nombreux avocats ont demandé à la cour de laisser tomber les accusations de meurtre sur les trois jeunes femmes et sinon, de modifier la nature des accusations afin qu'elles puissent plaider la légitime défense.

Le père des trois jeunes femmes de 17, 18 et 19 ans était souvent comparé par celles-ci à une espèce de parrain de la mafia en Russie.

Outre les avocats qui demandent à ce qu'on modifie les accusations portées contre les trois soeurs, une pétition est aussi parvenue à recueillir plus de 50 000 signatures. 

L'un des avocats des trois soeurs, Mari Davtyan, a dénoncé cette situation en expliquant qu'en Russie, la justice se retournait toujours contre la victime chaque fois qu'une femme devait se défendre contre un agresseur.

Enfin, Anna Rivina, qui est impliquée dans la défense des femmes qui subissent de la violence conjugale, a expliqué qu'en Russie, il était beaucoup plus facile pour une femme de mourir que de se protéger."

Partager sur Facebook
1,713 1.7k Partages

Source: DailyMail · Crédit Photo: Courtoisie